Voici sainte Domitille, sainte chrétienne de la famille des empereurs Vespasien, Titus et Domitien, qui vécut au premier siècle:

sainte Domitille

Sainte Flavie Domitille est une princesse romaine, qui naquit dans la famille la plus riche et la plus influente de son temps: la dynastie des flaviens. Elle est la petite fille de l'empereur Vespasien, la nièce des empereurs Titus et Domitien.

Elle épousa un cousin éloigné, le consul Flavius Clemens. On raconte que Clemens était déjà chrétien lui aussi, à moins qu'ils ne le soient devenus au contact de deux serviteurs chrétiens de Domitille, saint Achillée et saint Nérée.

On lui connaît deux garçons nommés tous les deux Titus, que leur oncle Domitien destinait à lui succéder à la tête de l'empire, et une fille nommée Domitille comme sa mère, sa grand-mère et son arrière grand-mère.

En 95, Domitien apprit que le couple était chrétien: aux yeux de la société romaine, qui confondait allègrement judaïsme, christianisme et athéïsme, et faisait courir des légendes cannibales sur les chrétiens, ils étaient coupables d'athéïsme, accusation gravissime qui impliquait la mort.

Furieux, l'empereur fit assasiner Clemens sitôt que prit fin son poste de consul. Domitille étant sa nièce, il ne la tua pas, et tenta en vain de la forcer à épouser quequ'un d'autre quelques jours à peine après le meurtre de son mari; puis, la privant de ses enfant qui avaient à peine six ans,  il l'exila sur l'Ile de Pandataire, aujourd'hui appelée Ventotene, dans le golfe  de Pouzole, au large de Naples. On ne sait pas si elle fut rappelée de son long exil par Nerva, si elle y mourut ou si elle fut brûlée à Terracine sous Trajan.

Une catacombe de Rome porte son nom. Plus tard, elle fut beaucoup représentée par les peintres de toute époque, et particulièrement par Rubens.

On la fête le 7 mai.

 

 

 


Sources:  Suétone, Vie des douze Césars(121); Dion Cassius, Histoire romaine livre 67, p.195 (230); Louis Sébastien le Nain de Tillemont Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique des six premiers siècles(1732); abbé Louis Moreri, Le grand dictionnaire historique (1759); Paul Allard, Histoire des persécutions chap II et III (1903); et bien sûr wikipedia (l'article en anglais est le plus complet)

Une confusion de sources que commit Eusèbe de Césarée  en interprétant mal l'historien Bruttius et en affirmant que sainte Domitille était la nièce de Clemens, exilée sur l'île de Pontia, mena à penser à tort qu'il existait deux Domitilles. La tradition orale s'en mêla et attribu à cette deuxième sainte un fiancé nommé Aurélien qu'elle aurait refusé d'épouser pour rester vierge. Cela induit en erreur saint Jérôme, l'écrivain Paul Allard et Duchesne entre autres.

            Pour ceux qui se demandent quelle mouche peux bien m'avoir piquée pour que j'en vienne à citer mes sources, je précise que c'est justement mon programme d'histoire ce mois-ci, que je déguste du Titus et du Domitien matin, midi et soir; et qu'à force de l'entendre répéter, j'ai fini par comprendre qu'il est vital de citer ses sources en histoire antique.

( cela tranquilise surtout ma conscience, j'ai l'impression de mener une démarche historique hautement respectable, et non de traîner sur mon site comme je le fais alors que je devrais être absorbée par le lecture de bouquins aux titres aussi enchanteurs que "Esthétique et théorie du roman" ou "traité du gouvernement civil" )